Journée d’études interdisciplinaire, « Arts du geste », empathie esthétique et métissage culturel
Organisée par le laboratoire de phénoménologie et herméneutique
Sous le patronage du Centre PHI de l’Université libre de Bruxelles
Avec le soutien de Marie Curie actions

Mercredi 24 septembre 2014
ULB, Bibliothèque des Sciences Humaines, Salle 8 MED, Niveau 8

Les « arts du geste » ou de performance – tels le théâtre, la musique et la danse – nous confrontent à une expérience de l’expression tout à fait singulière. Comme M. Merleau-Ponty s’en était très vite aperçu, ici l’esprit se fait corps, directement visible, dans ses gestes, ses attitudes et ses postures. Ici, « ce qui est au-dedans est aussi au-dehors« , selon l’expression de Goethe, autrement dit, l’être humain est visible tout entier dans son corps et cette apparence nous donne à saisir une intériorité.

En d’autres termes, nous sommes confrontés à la révélation d’un sens naissant dans le corps, c’est-à-dire offert à même un corps gestuel qui se fait moins efficient et opératoire qu’il ne se prête à une émotion qu’il accueille et qu’il communique aux autres.

Or, un tel phénomène requiert l’élaboration d’un sens satisfaisant de l’expressivité corporelle et soulève une interrogation sur la spécificité de l’expression esthétique que nous voudrions approfondir dans une perspective attentive à la fois à l’histoire des concepts et à leurs actualisations dans les performances les plus contemporaines.

Nous aimerions que cette journée d’étude soit pour chaque intervenant l’occasion de prendre position sur ce point et de présenter son approche philosophique propre des problèmes en jeu.

La question centrale que nous avons choisie pour fil directeur est plus précisément celle des effets d’empathie et de métissage culturel – entre « cultures de la présence » et « cultures de la signification » – qu’une telle expression produit.

En d’autres termes, en analysant la force expressive des mouvements à l’oeuvre dans les arts du geste – tels le théâtre, la musique et la danse -, mais aussi, les gestes mis en images dans les « arts de la trace » – tels la peinture, la sculpture et le cinéma -, nous voudrions interroger la spécificité du langage de l’art envisagé comme langage des affectsdes formes expressives du sentiment humain – qui nous met en relation aux autres par-delà les obstacles, les limites et les frontières qui nous divisent, devenant même par un jeu de traductions, de transfert et d’échanges, le langage commun à des cultures auparavant étrangères les unes aux autres.

Nous nous proposons en d’autres termes d’étudier les gestes et les mouvements engagés dans la performance artistique, comme constituant un langage transversal, qui déjoue les barrières/différences culturelles et les logiques identitaires et permet d’établir une communication émotionnelle entre âmes incarnées, et même une co-naissance et une reconnaissance à travers la matière et le temps, de la multitude des hommes.

A la croisée des études en philosophie, phénoménologie, esthétique, anthropologie, musicologie, philosophie de l’art, ce colloque s’inscrit dans la continuité d’un débat interdisciplinaire organisé autour de la spécificité de l’expression esthétique et du lien qui l’unit à l’expérience des échanges, synergies et hybridations entre cultures différentes, même éloignées les unes des autres dans l’espace et le temps.

Organisation : Dr Lucia Angelino (Université Paris I – Université Libre de Bruxelles) Lucia.Angelino at ulb.ac.be et Prof. Antonino Mazzù (Université libre de Bruxelles) Antonino.Mazzu at ulb.ac.be

Téléchargez le programme : Colloque-ULB-Arts du geste