Appel à contribution pour la Nouvelle Revue d’Esthétique, n°31

Nouvelle revue d’esthétique n°31

 

Parution printemps 2023

 

Esthétiques métaphysiques en France 1800-1950

Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, une nouvelle épistémé instituant un lien étroit entre le sensible, le beau et l’art, ainsi que l’apparition du concept neuf de Beaux-Arts, avaient préparé un domaine de questionnement relativement unifié, que Baumgarten avait consacré en le baptisant. Les ouvrages les plus notables qui en relèvent en France au XVIIIe siècle, ne sont pas très nombreux (Traité sur le beau (1715) de Jean-Pierre de Crouzat, Réflexions critiques sur la poésie et la peinture (1718) de l’Abbé Dubos, Essai sur le beau (1741) du Père André, Les Beaux-arts réduits à un même principe (1746) de Charles Batteux, Traité du beau (1752) de Diderot). Les productions de deux siècles suivants dans le champ de l’esthétique sont nettement plus abondantes. S’y jouent non seulement des thèses différentes sur ces objets que sont le beau, le sensible et l’art, mais aussi des positions méthodologiques divergentes concernant l’approche de ces derniers. S’y jouent aussi, conséquemment, des définitions variables de la discipline, du périmètre de ses objets, de ses méthodes légitimes, de ses rapports à la philosophie et aux sciences.

Ce numéro sera consacré aux philosophes qui, en opposition ou en dialogue avec les esthétiques se voulant scientifiques et utilisant pour cela les acquis des sciences positives de leurs temps, ont poursuivi la tradition d’une métaphysique du beau. Pensons à Victor Cousin, à Quatremère de Quincy, ou à Ravaisson dont Bergson disait que « toute sa philosophie dérive de cette idée que l’art est une métaphysique figurée et que la métaphysique est une réflexion sur l’art ». Pensons à Théodore Jouffroy qui, pour « l’art est l’expression de l’invisible par les signes naturels qui le manifestent », à Antelme Chaignet ou Paul Eugène Voituron qui envisageait l’esthétique comme une introduction psychologique à la métaphysique du beau. Voire, un peu plus tard, Maritain ou Lavelle et à toutes les esthétiques issues du spiritualisme du XXe siècle. Il y a là une tradition largement oublié qu’il serait intéressant de considérer pour elle-même et pour faire apparaître la richesse et la complexité de ces moments fondateurs de l’esthétique et de la philosophie de l’art que furent le XIXe et la première moitié du XXe siècle français.

Dossier est dirigé par Carole Talon-Hugon (Sorbonne Université)

 

Modalités de soumission

 

Les propositions d’article destiné au n° 31 de la Nouvelle Revue d’Esthétique seront envoyées au format Word à Carole Talon-Hugon (Carole.Talon-Hugon@paris-sorbonne.fr)

avant le 15 décembre 2022.

Plus précisément, l’envoi comprendra :

  • le texte d’un article de 25 000 signes (+ ou – 10%), espaces compris, sans compter les notes ; celles-ci, en nombre le plus restreint possible, devront être limitées à l’indication des références ;
  • un résumé de 300 mots maximum en français et en anglais ;
  • une présentation succincte de l’auteur(e) ou des auteur(e)s de 100 mots maximum.

 

Les articles reçus seront anonymisés en vue d’une double évaluation par le comité de rédaction de la Nouvelle Revue d’Esthétique. À l’issue de cette expertise, les auteur(e)s des propositions recevront la réponse à leur proposition.